Naissance d’un colobe

Notre groupe de colobes guéréza (Colobus guereza) a enregistré une nouvelle naissance le 14 février dernier, portant à 6 le nombre d’individus hébergés au sein du parc. La femelle et son petit se portent bien. Le sexe du jeune n’a pas encore été identifié par les soigneurs.
 
Les colobes guéréza possèdent une aire de répartition très étendue puisqu’elle s’étend des forêts tropicales du Nigeria en Afrique de l’ouest à celles des hauts plateaux kenyans et tanzaniens en Afrique de l’est. Huit sous-espèces sont actuellement recensées. Bien que relativement abondant à l’échelle de sa population globale (ce qui explique le classement en « préoccupation mineure » de la quasi-totalité des sous-espèces sur la Liste Rouge de l’UICN), certaines sous-espèces sont davantage menacées. C’est notamment le cas pour Colobus guereza percivali dont l’aire de répartition extrêmement réduite (circonscrite aux montagnes Matthews au Kenya) et le niveau de chasse élevé pour sa peau la classent dans la catégorie « en danger ».



Les feuilles constituent l’essentiel l’alimentation des colobes même s’ils consomment également des fruits, des bourgeons et des fleurs.
 
Le mâle dominant dispose généralement d’un accès exclusif aux femelles de son groupe lorsque celles-ci sont en chaleur. Après une gestation d’un peu plus de 5 mois, la femelle donne naissance à un unique petit au pelage uniformément blanc et « cranté » qui commence foncer au niveau de la face et des oreilles dès l’âge de 3 semaines.
 
F. Perroux